CIE LES GENS DE LA VOIX


Céline LALy

direction artistique

direction

Céline laly

 

Blanc-15cm-75pdi-RVB-Transparent.png
CELINE_VERTICAL.jpg

En y repensant aujourd’hui, je vois combien j’ai longtemps pris l’empreinte d’un tas de clichés, de croyances et de conditionnements liés à mon champs artistique. Une sorte de vêtement de patchwork que j’aurais revêtu plus ou moins consciemment, formé d’idées toutes faites : d’un côté, le classique c’est pour les vieux, pour les riches, pour les coincés ; le classique c’est ennuyeux ; le classique, tu peux pas aimer si tu ne connais pas, un musicien classique c’est sérieux et pas très drôle, ça joue de la musique de gens morts (si, si !).

A l’inverse : la musique dite classique est beaucoup plus noble que toutes les autres, un musicien classique se hisse de facto à un niveau supérieur dans la sphère musicale (si,si !), etc.

Ici a débuté le grand malentendu.

 

Toute à mon inexpérience de l’époque, j’ai non seulement intégré tout cela très jeune, mais il ne m’est même pas venu à l’idée de remettre quoi que ce soit en cause durant près d’une décennie.

Sauf que ces discours ne collaient pas avec ce que je ressentais de joie, de spontanéité, d’épanouissement à écouter et jouer de la musique, quel qu'en soit le contexte. Peu à peu sont apparus des doutes et des tiraillements… La musique classique ça me plaît, j’adore ça même… mais je ne vais pas en parler, évitons les problèmes.

Il faut dire qu’en travaillant le chant lyrique soliste (l’opéra, la grosse voix…), je ne me facilitais pas la vie. A 14 ans, comment assumer sereinement son désir de devenir chanteuse lyrique ? (c’est-à-dire une dame à triple menton et costume à seins pointus, qui hurle de manière grotesque et éminemment imitable des choses qu’on ne comprend pas). Dilemme.

D’ailleurs, les copains, une bonne partie de la famille, tout le monde semblait d’accord. Profil bas, donc.

 

Un jour, je suis malgré tout entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Ouf ! me dis-je, un peu de compréhension. Mais alors même que je faisais l’expérience d’une merveilleuse formation, que je rencontrais des jeunes et moins jeunes passionnés comme moi, que mon amour pour cet art grandissait, certains nouveaux clivages  apparurent… mais c’est une autre histoire !

Quinze ans plus tard, après bien des circonvolutions, des doutes, des remises en question, j’ai enfin saisi l'un des "pour quoi" de mon attachement à l’art lyrique, à la musique classique.

J’ai compris que ce qui m’anime profondément est justement ce qui m’a si longtemps égarée: déconstruire les clichés, les préjugés et les étiquettes invraisemblables. 

C’est l’exploration de l’espace infime où une croyance s’effrite au contact de l’expérience, où un cliché tombe dans l’inconsistance la plus totale. C’est le moment où le sensible rencontre le sensible, où un mouvement d’étonnement peut apparaître chez n’importe quel auditeur, connaisseur ou non, au-delà de ce qu’il pensait éprouver.

 

Pour moi, c’est à cet endroit que commence l’aventure, à chaque instant de mon quotidien.

A ce titre, les expériences artistiques menées au sein de la Cie Les Gens de la voix constituent l'un de mes terrains d'expérimentation favoris.

PHOTO CL.jpg

Parcours...

Depuis quelques années, Céline Laly organise son activité professionnelle entre projets lyriques, direction artistique de la Cie Les Gens de la voix et pédagogie. En permanence, chacun de ces axes croise, nourrit et éclaire les autres. Cette arborescence constitue un terrain d'expérimentation inestimable.

Céline Laly se forme tout d'abord au genre de l'opéra dans plusieurs institutions en Europe. Parcourant durant quelques années le répertoire de l'opéra, de l'oratorio et de la musique de chambre, plusieurs productions éveillent son goût pour une approche théâtrale et dramatique du chant. En marge de ces productions, Céline prend part avec bonheur à des expériences vocales nouvelles, explorant diversement la chanson historique, la création jazz ou le répertoire contemporain.

Elle fonde en 2012 la Cie Les Gens de la voix. S'interrogeant sur la force des clichés et des a priori véhiculés par la musique classique, elle élabore en compagnie d'artistes-compagnons des projets qui placent l'inattendu au coeur des propositions artistiques.

Elle sort en 2018 son premier disque solo Mélodies autour d'oeuvres du compositeur César CUI (**** Classica).

Enfin, reconsidérant constamment ses connaissances en matière de vocalité, titulaire du Certificat d'Aptitude de chant lyrique, Céline Laly enseigne depuis près vingt ans au sein de divers établissements. Elle rejoint le Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles en 2020, où elle enseigne le chant lyrique et dirige un atelier de théâtre et d'invention musicale.

© 2021 Cie Les Gens de la voix